samedi 25 mai 2019 ,
En direct :
Les micro-influenceurs : petits mais puissants ! >>Communication de crise, la bête noire des entreprises>>LE TRASHTAGCHALLENGE>>
<
>

Le cyber harcèlement un fléau à combattre !

Des blagues, des injures, des attaques homophobes, des appels au viol, des photographies humiliantes … La liste est bien longue

Les victimes sont plus en détresse que jamais. L’impitoyable phénomène numérique prolifèrent ses vampires. Ces derniers manipulent leur cible au point de la pousser parfois à la mort.  L’anonymat est leur allié, les réseaux sociaux sont leur accélérateur, les vampires se nourrissent constamment de la peur et de l’isolement de leur proie.

 

Mais quelles sont leurs motivations ?

Avant de comprendre comment anéantir le virus il faut savoir se poser les bonnes questions sur ses origines.

Les failles des canaux numériques permettent aux agresseurs de se multiplier. Un cyber harceleur n’a pas un profil type. Mais nous pouvons cerner ses différentes  motivations : L’ennui, l’oisiveté et le dénuement intellectuel peuvent nourrir la haine de certains individus. Dans leur quête de reconnaissance, ils vont s’en prendre aux vies privées des individus pour combler leur vide et nourrir leur quotidien.

Ces harceleurs peuvent souffrir de troubles psychologiques liés à des expériences antérieures dont la plus traumatisante est le harcèlement scolaire. Un chiffre plutôt étonnant, publié par l’UNESCO en 2017, révèle que 246 millions d’enfants dans le monde ont été victimes du cyber harcèlement

Une autre catégorie fréquente de cyber harceleurs renforce la meute de vampires. Rien n’est plus facile pour un ex- petit ami, un proche, un collègue de travail… de se cacher derrière son écran, mettre en œuvre sa stratégie et savourer chaque clic visant à anéantir sa cible, comme nous le disons «La vengeance est un plat qui se mange froid ».

Des motivations de plus en plus choquantes !

Depuis 2009, une nouvelle souche de vampires nommée « la ligue du LOL » s’est adonnée au cyber harcèlement. Une trentaine de journalistes et de publicitaires issus principalement de la rédaction parisienne ont pris du plaisir à lancer des attaques très bien coordonnées à connotation sexiste et homophobe sur les réseaux notamment Twitter.

Le fondateur du groupe, Vincent Glad déclare dans son tweet : « L’objectif  de ce groupe n’est pas de harceler les femmes », il ajoute « Nous pensions que toute personne visible sur Internet, par son blog, son Twitter ou autre, méritait d'être moquée ».

Rien ne vous frappe dans cette affaire ? En 2009 le réseau était à ses débuts, plus les tweets sont perçants, plus il est facile de se faire démarquer, avoir des followers, devenir influenceur et peut-être, décrocher des carrières professionnelles plus prometteuses. Cette réflexion a été appuyée par un article publié par Marianne, le 22 février 2019.

Méfiez-vous : Le fléau est contagieux !

Certains se vengent, d’autres s’amusent... Mais les victimes payent très cher ces actes criminels et impardonnables. Il faut savoir que la majorité des cyber harceleurs sont à leur tour des victimes. Chacun d’entre nous doit porter la responsabilité de ses mots et de ses pensées sur les réseaux sociaux.

 Les blagues et les critiques sont plus faciles à divulguer lorsque la personne se trouve derrière son écran, et très vite l’amusement se transforme en attaque cruelle voire mortelle. 

 

Farah BEN NASR, étudiante SUP’DE COM 

 

Sources :
http://www.laicite-republique.org/ligue-du-lol-les-caids-de-la-cour-de-recre-journalistique-marianne-22-fev-19.html
https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000246976
http://www.marionlamaintendue.com/quest-ce-que-le-cyber-harcelement/
https://www.20minutes.fr/tv/actus/266237-5-chiffres-sur-le-cyber-harcelement-en-france
https://www.youtube.com/watch?v=sphZS8JVwNc
Illustrations :
1. couverture  https://thoughtcatalog.com/january-nelson/2018/08/vampire-movies/
2. Accompagnement texte  https://www.estudokids.com.br/o-que-e-cyberbullying/

Par SUP'DE COM
le 16/05/2019

Nombre de commentaires0

A+A-

Vos commentaires (0)

Ajouter un commentaire