lundi 03 août 2020 ,
En direct :
Le #SnickersGate : une nouvelle campagne pleine d’audace>> Le Green Friday combat le Black Friday>>Thomas Pesquet, une marque créée par l’ESA ?>>
<
>

Le #SnickersGate : une nouvelle campagne pleine d’audace

S’il y a bien une marque qui a été au centre des conversations ces dernières semaines, c’est bel et bien Snickers. Effectivement, nombreux sont les consommateurs qui ont réagi sur Twitter avec le #SnickersGate en se plaignant d’avoir trouvé un Bounty à l’intérieur d’un emballage de Snickers. Incompréhension, amusement, interrogation : tels sont les termes définissant l’état d’esprit des consommateurs adeptes des produits de la marque. Il paraît alors évident qu’un dysfonctionnement a eu lieu dans les usines de Snickers et qu’un salarié a commis une erreur dans la chaîne de production.

Snickers récidive avec sa signature phare

Après 24h de silence, Snickers France publie alors le 20 novembre une vidéo intitulée « On n’est pas nous quand on a faim » sur Twitter. Celle-ci met en scène deux techniciens de la marque et reprend les mêmes procédés que les anciennes campagnes Snickers : un individu a un comportement étrange dans un corps qui n’est pas le sien, il mange un Snickers et il redevient lui-même. Ces campagnes sont l’œuvre de l’agence CLM BBDO qui, depuis 9 ans, s’occupe des spots publicitaires de la marque. Le rôle des réseaux sociaux a été primordial et il y avait une certaine volonté de jouer sur l’attention du consommateur. Mission accomplie : plus de 320 000 vues sur la vidéo, des milliers d’internautes relayant l’information, une campagne réussie.

 

Les internautes, clé du succès de la campagne

Les internautes sont en effet passés de simples spectateurs à réels acteurs dans le bon déroulé de ce #SnickersGate. Aujourd’hui, il est devenu un réflexe pour les individus de se diriger vers les réseaux sociaux quand un quelconque évènement vient perturber leur routine. Sur Twitter, les utilisateurs ont pu notamment débattre sur les faits : était-ce une gaffe ? Était-ce volontaire ? Comment une marque de cette renommée peut-elle faire une erreur pareille ? Certaines personnes se sont mêmes interrogées sur les possibles risques liés aux allergies ; question à laquelle Snickers a directement répondu en affirmant que les deux produits possédaient les mêmes allergènes. Une autre chose est sûre, c’est que Snickers a réussi à faire parler d’elle grâce à cette polémique volontairement mise en place et en cette période de fêtes de fin d’années, cela n’est pas négligeable.

 

Téo Didailler, Bachelor Responsable Communication 3ème année, SUP’DE COM Montpellier

Par SUP'DE COM
le 05/12/2019

Nombre de commentaires0

A+A-

Vos commentaires (0)

Ajouter un commentaire